Guinée Bissau

         

 | Accueil  |  Activités  | Organisations  | Rapports d'ateliers  |  Galerie photos | Agendas | Contact | 

La Guinée Bissau couvre une superficie de 36 120 km2. Sa population est estimée à 1 586 000 habitants en 2005 avec un taux de croissance annuel de l’ordre de 2,2%. Le PIB par habitant de la Guinée Bissau est de 230 USD (moyenne pour la période 1992-1997). L'espèrance de vie est de 45 ans. Environ 70% des bissau-guinéens vivent en milieu rural.

La Guinée Bissau dispose d’une côte d’environ 270 km, profondément découpée par une dizaine d’estuaires et un vaste archipel, celui des Bijagos, qui compte 80 îles et îlots. La mangrove y est particulièrement développée et couvre 3400 km², soit près de 10% du territoire national (1er rang mondial).

Les eaux territoriales s’étendent jusqu’aux limites extérieures de cet archipel, qui définissent la ligne de base au-delà de laquelle s’étend une zone économique exclusive (ZEE) élargie à 200 miles et qui est de 105 000 km². Le plateau continental de la Guinée Bissau représente 45 000 km², soit le second en importance dans la sous-région. Cette configuration géographique et le climat tropical humide offrent les conditions d’une importante productivité halieutique, dominée par les espèces démersales (poissons, crevettes, céphalopodes) et les petits pélagiques côtiers (ethmalose et Sardinelle ronde).

La pêche a cependant très peu d’effets dans la formation du PIB. Sa contribution n’a jamais dépassé 4%. Cependant, elle participe fortement au budget de l’Etat (environ 40%) grâce aux contreparties tirées des accords de pêche avec l’Union européenne particulièrement.

Les exportations de la pêche artisanale sont évaluées à 12 000 tonnes par an pour la période 2000-2004. Les exportations de poisson transformé vers la Guinée, la Sierra Léone, le Libéria et le Sénégal ne sont pas prises en compte, leurs circuits de distribution étant très diffus. La valorisation locale des produits halieutiques devrait contribuer à la création de valeur ajoutée et d’emplois, cependant, l’absence notoire d’infrastructures portuaires et de facilités de stockage et de transformation des produits ont anéanti cette dynamique.

Selon les données de la FAO, la consommation per capita de poisson oscille entre 1 et 5  kg et ne concoure qu’à 3% des besoins en protéines animales des populations en 1998 et moins de 1% en 2001. (Source Csrp)

Profil leaders

Multimedias
Galerie photos

Recherche
Adepa sur Facebook
Newletters